Course à pied Albi Run urbain, le retour

Course à pied Albi Run urbain, le retour

Imprimer Imprimer
Envoyer par mail Mail
RSS RSS
Contraste Contraste
Zoom A+ A A-
Partager
Lundi 19 novembre 2018
La 2e édition de l'Albi run urbain fait son retour le 12 avril 2019. 2 000 participants sont attendus pour une course du cœur pour financer l'opération d'une jeune artiste handicapée.
Jérémy Phez refait battre et courir le cœur d'Albi
Source : D.R

Pour son premier Albi run urbain, le 30 mars 2018, l'association «Uni pour l'autonomie» créée par Jérémy Phez, 37 ans, chef de cuisine au restaurant du Pontié, et  Julien Callens et Romain Roumegoux, avait fixé la jauge maximum à 1 000 inscrits. Pour la deuxième édition le 12 avril prochain, ils ont prévu 2 000 dossards et vu le succès de leur récente publication sur Facebook, «2019, Priscilla se dévoile», les places devraient être vite réservées.

Objectif de l'association, proposer une course, accessible à tous, dans le cœur ancien de la ville, pour aider et soutenir une personne handicapée dans ses projets.

L'an dernier, la réussite de l'événement avait permis de financer l'achat et l'entretien d'une voiture adaptée pour Fred Bilotte, 34 ans, atteint d'une maladie dégénérescente.

Cette année, l'association souhaite aider Priscilla Deborah, une jeune artiste albigeoise amputée des deux jambes et d'un bras.

Un parcours insolite et unique  de 10 km ouvert à tout le monde qui cette année restera dans le cœur de la ville..

Cent quarante bénévoles avaient répondu présent l'an dernier. Il en faudra beaucoup plus cette année et l'association lance un appel aux bonnes volontés.

Comme l'an dernier la course sera suivie d'un concert, d'une pizza party d'après course et de plein de surprises. Tout pour démontrer une fois encore qu'en s'unissant on peut faire beaucoup.

 Uni pour l'autonomie


Une prothèse pour Priscille

Victime d'un accident de la vie, l'artiste peintre albigeoise Priscille Deborah a été amputée des deux jambes et du bras droit il y a douze ans. Le 21 novembre elle sera la première Française à bénéficier de la technologie opératoire TMR, une technique qui permet de reconnecter les nerfs restés intacts pour permettre de commander à une prothèse myoélectrique des mouvements simultanés. L'association «Unis pour l'autonomie» a choisi de lui dédier l'Albi run urbain 2019 pour l'aider à financer cette nouvelle prothèse qui coûte plus de 80 000 €.