Cantepau, plus qu'une salle de spectacles de quartier

Cantepau, plus qu'une salle de spectacles de quartier

Imprimer Imprimer
Envoyer par mail Mail
RSS RSS
Contraste Contraste
Zoom A+ A A-
Partager
Mardi 30 janvier 2018 - Actualité archivée le 31 mars 2018
La maison de quartier est un équipement structurant depuis sa création dans les années 1980. Plusieurs travaux ont été réalisés ces dernières années pour la moderniser et offrir à ses usagers de meilleures conditions d'accueil. Le dernier investissement en date est l'installation de tribunes motorisées dans la salle de spectacle.
Cette salle est devenue un atout indéniable pour l'attractivité du quartier
Source : D.R

Lieu de rencontre, d'animation, de création, de pratique et de loisirs, la maison de quartier comprend une salle de spectacles qui mérite d'être connue.

« La ville a souhaité faire de cette salle et plus largement de la maison de quartier, un équipement de diffusion artistique et culturel complémentaire aux équipements du centre-ville », explique Naïma Marengo, adjointe au maire déléguée à la culture.

Dans cet objectif, un programme d'investissement pluriannuel conséquent a été mis en oeuvre pour rénover, moderniser et adapter les locaux.

Sur la période 2009-2017, 450 000 euros ont été ainsi investis dans la salle de spectacle, afin d'améliorer les conditions de représentation des spectacles, mais aussi l'accueil des artistes, des associations locales et du public.

La création de loges, l'installation de rideaux cache-scène et de gradins modulables et rétractables de 158 places font désormais de cette salle une véritable salle de spectacles destinée à une utilisation assez large.

« Elle permet dorénavant d'accueillir une diversité de spectacles d'art vivant et de formes artistiques qu'il s'agisse de théâtre, de musique ou de danse.

Cette salle est devenue un atout indéniable pour l'attractivité du quartier et son ouverture culturelle d'autant qu'elle a favorisé des échanges des partenaires comme la Scène nationale, la MJC, Arpèges et Trémolos, Pollux… »