Castelviel : un quartier à découvrir

Castelviel : un quartier à découvrir

Imprimer Imprimer
Envoyer par mail Mail
RSS RSS
Contraste Contraste
Zoom A+ A A-
Partager
Mercredi 01 juin 2016 - Actualité archivée le 24 août 2016
C'est un des quartiers préférés des touristes. Mais beaucoup d'Albigeois apprécient aussi de s'y rendre pour s'y promener ou pour ses restaurants installés dans des petits coins au calme.
Le restaurant la Tourelle Saint-Loup offre une vue imprenable sur la rivière Tarn.
Source : F.Guibilato – Ville d’Albi

La passerelle et les travaux de requalification sont en train de changer le quartier, sans perdre son cachet. 

C'est un quartier pas comme les autres, peuplé dès l'antiquité, bien avant qu'Albi ne devienne une cité opulente. De par sa situation enclavée, sur un promontoire escarpé, la butte du Castelviel a échappé aux changements urbains, gardant ce petit quelque chose d'authentique auquel sont tant attachés ses habitants.

Pendant longtemps, ce village dans la ville resta indépendant de la juridiction d'Albi jusqu'à ce que la Révolution ne conduise à son rattachement.

De l'autre côté du pont de la République, cordon ombilical entre les deux quartiers, le Castelviel s'anime autour du foirail. Depuis le printemps, les engins de chantier ont investi la place du château et certaines rues de la butte du Castelviel.

Un quartier animé

Tandis que les travaux se poursuivent en essayant autant que possible de limiter les nuisances, la butte du Castelviel s'animera tout au long de l'été.

Le 2 juin dernier, un apéro concert était déjà organisé place Savène à l'initiative de l'association.

En septembre, d'autres animations sont d'ores et déjà programmées comme l'inauguration de l'impasse Azémar dont la dénomination a fait l'objet d'un référendum au sein du quartier.

L'idée est toujours de créer du lien social, de se connaître davantage entre habitants, mais aussi de mieux faire connaître ce quartier aux Albigeois et aux touristes.

Entre-temps, à l'occasion du festival Place(s) aux artistes du 19 juillet au 20 août, des concerts seront prévus place Saint-Loup avec le Conservatoire de musique et de danse du Tarn (le samedi à 19h et 21h) et des séances de contes auront lieu tous les jeudis à 16h30 place Savène.

Un petit tour s'impose aux tables du quartier

Dans un quartier historique aux rues étroites et dont les accès sont assez limités, les travaux sont forcément contraignants.

Premiers concernés, les restaurateurs qui restent ouverts pendant la durée des travaux et comptent bien accueillir les touristes cet été. Pour autant, les visiteurs ne sont pas les seuls à venir.

À la Tourelle Saint-Loup, restaurant-salon de thé ouvert l'année dernière, les Albigeois, notamment des habitants du quartier, réservent avec plaisir l'une des tables de ce lieu plutôt chaleureux, faisant fi des panneaux de chantier qui pourraient les dissuader. « Ils apprécient le cadre (avec l'ancienne chapelle médiévale) et surtout la terrasse qui domine le Tarn », explique Fabrice qui tient le restaurant. Les notes sur Tripadvisor témoignent du succès de cette adresse.

Juste à côté, la crêperie Saint Loup, ouverte tous les jours, propose crêpes et salades à manger en terrasse ou dans la salle voûtée en briques.

Quelques adresses au Castelviel • Le Clos Sainte-Cécile, • la crêperie Le Ty Bee, • la crêperie Saint-Loup, • le salon de thé-restaurant Tourelle Saint-Loup, • la charcuterie-traiteur Lou Castelviel,...

Aller de l'avant

Au foirail du Castelviel, on reconnaît que l'accès au quartier est plus compliqué avec la fermeture du pont de la République. Mais là encore, les Albigeois, fidèles à leurs commerces et à leurs restaurants, n'hésitent pas à prendre les chemins de traverse, notamment pour manger à la sympathique et chaleureuse crêperie Le Ty bee ou se fournir en petits plats à la charcuterie-traiteur-pâtisserie Lou Castelviel. Tenue par Jérôme Patureau et Émilie Mico depuis cinq ans, ce commerce mise sur les produits frais et de saison avec un choix de salades, hors d'oeuvre, plats du jour et desserts sans cesse renouvelés. « Avec les travaux, il y a deux manières de faire : soit on subit, soit on essaye d'aller de l'avant », indique Jérôme Patureau qui met un point d'honneur à la qualité des produits. Son choix est fait !