De la matière sur la passerelle

De la matière sur la passerelle

Imprimer Imprimer
Envoyer par mail Mail
RSS RSS
Contraste Contraste
Zoom A+ A A-
Partager
Lundi 12 février 2018
GTM, l’entreprise qui participe aux travaux de la passerelle piétonne et cyclable sur le Tarn à fait appel au savoir-faire de deux anciennes élèves de l'école européenne de l'art et des matières pour réaliser le béton de brique qui habillera la structure.

La brique, pilée en amont, a été tamisée à la main pour que seuls les gros éléments subsistent. Ceux-ci ont été plongés dans l’eau avant d’être répartis sur le mortier (autrement, ils pomperaient l’eau du béton, ce qui le fissurerait).
Source : D.R
Emmitouflées dans leur polaire, deux jeunes femmes sont attentives au mortier ocre-rose qui se forme à l’intérieur d’une bétonnière. Un savant mélange de caillou et de sable roses, de ciment blanc et de colorant ocre. « Il a fallu plusieurs essais en amont pour trouver le bon équilibre», indique Ricardo Carneiro, chef de chantier de GTM, l’entreprise qui réalise les travaux de la Passerelle.

UNE ÉCOLE UNIQUE EN FRANCE

Pour l’habillage des ouvrages de génie civil en béton, GTM s’est tournée vers l’École européenne de l’art et des matières, située quelques mètres en contre bas du chantier, dans les locaux des anciens abattoirs d’Albi. Unique en France, elle forme aux métiers de la finition dans les domaines du bâtiment ancien et contemporain autour des techniques artisanales et des matériaux premiers, terre, chaux et plâtre.
L’établissement albigeois a ainsi engagé deux de ses anciennes élèves pour épauler les ouvriers sur une étape bien spécifique des travaux : la réalisation de béton de brique, mélange de mortier et de briques de terre cuite concassées. Un habillage pensé par le cabinet d’architecte Ney & Partners et imaginé par GTM. « Nous avons ainsi pu apporter notre savoir-faire en matière d’esthétisme et de finition du béton », souligne Patrick Béluriée, le directeur de l’école. La collaboration s’est faite à la demande de GTM et à la satisfaction de l’établissement. «Il y avait d’importants travaux à la porte de l’école ; c’était important pour nous d’y participer.»

380 M2 DE BÉTON DE BRIQUE

Angélique et Aglaé, qui travaillent sur le chantier, ont obtenu leur diplôme de « matiériste-coloriste en décor mural » en mai et travaillent depuis en auto entreprise. Leurs compétences techniques ont été précieuses à GTM ; cette expérience leur est également enrichissante. « On n’a pas l’habitude de travailler sur un chantier de cette envergure, remarque Aglaé, bonnet enfoncé sur les oreilles. C’est intéressant. » Bravant le froid dans une polaire sombre, Angélique apprécie également de travailler en autonomie « de préparer soi-même son mortier », de réaliser cette « belle finition ».
En tout, c’est une surface de 380 m2 de béton de brique qui sera réalisée par les deux anciennes élèves de l’EEAM. Le défi de devoir faire « beaucoup en un temps limité », stimule Angélique. « On se dépêche... Mais ça va ! »,remarque-t-elle sans se départir de son sourire. ( Article publié dans le Grand A janvier-février 2018)
 
UNE FORMATION À LA FINITION
L’École européenne de l’art et des matières est singulière à bien des titres. Créée en 2002 à Rabastens, elle est installée depuis 2009 aux anciens abattoirs d’Albi, classés patrimoine industriel. Ses cursus, qui forment aux métiers de la finition, conjuguent histoire de l’art et culture scientifique, apprentissage et expérimentation. Elle délivre trois diplômes certifiés RNCP et un Bachelor (bac+3) uniques en France. La rentrée 2017 a marqué un tournant dans son histoire avec le départ de Marie-Christine Migeon, fondatrice et directrice, qui a cédé les rênes à Pierre-Olivier Barthe, directeur d’une briquèterie traditionnelle et à Patrick Béluriée, ingénieur CNAM.

 

Contact

Communauté d'Agglomération de l'Albigeois
Parc François Mitterrand
81160 Saint-Juéry
Tel : 05 63 45 72 47
Fax : 
05 63 45 72 45

Information

Après avoir été malaxé, le mortier est aplani dans un coffrage, dans lequel a déjà durci une couche de béton armé de 15 centimètres. Puis vibré, c’est-à-dire que les bulles d’air sont expulsées à l’aide d’une aiguille vibrante.