Du charbon au solaire

Du charbon au solaire

Imprimer Imprimer
Envoyer par mail Mail
RSS RSS
Contraste Contraste
Zoom A+ A A-
Partager
Jeudi 02 août 2018
La ville d’Albi souhaite reconvertir l’ancien parc à charbon de la centrale thermique en centrale photovoltaïque : ce qu’il faut savoir sur la centrale photovoltaïque de Pélissier.
Ce qu’il faut savoir sur la centrale photovoltaïque de Pélissier.
Source : D.R

le contexte dans lequel s’inscrit ce projet ?

En 2007, suite à l’arrêt définitif de la centrale thermique, la ville d’Albi a préempté les terrains. Le projet de création d’une centrale solaire est évoqué en 2010, mais n’aboutit pas.
En 2012, le démantèlement des bâtiments industriels et la dépollutiondu site ont commencé. En 2016, le site est totalement démantelé. Le projet est relancé, l’État ayant défini les usages possibles des terrains. La ville d’Albi dispose aujourd’hui de trente-neuf hectares dont dix sont affectés au projet photovoltaïque.

Quel est son intérêt ?

«La ville d’Albi souhaite valoriser et revitaliser le site et a donc fait réaliser des études dans ce sens», explique Patrick Béteille, adjoint au maire délégué aux énergies. Un arrêté indique que les usages autorisés sur la majorité des parcelles de l’ancienne centrale sont à vocation économique ou industrielle. Cela peut inclure des entrepôts, bureaux, locaux techniques et administratifs, mais aussi des installations de production et de distribution d’énergie renouvelable. « L’idée d’une centrale photovoltaïque s’inscrit bien dans cette démarche tout
en contribuant au développement des énergies renouvelables sur le territoire», conclut l’élu.

Comment la ville a-t-elle choisi le développeur du projet ?

La ville a procédé à un appel à manifestation d’intérêt. Quinze groupements ont candidaté. Après analyse de chaque candidature, la SEM SIPEnR/ Sarl Irisolaris a été retenue, étant la plus adaptée aux attentes de la collectivité.

Comment la centrale sera-t-elle financée ?

Une promesse de bail de trente ans devrait être signée prochainement avec le groupement SEM SIPEnR/ Sarl Irisolaris à qui la ville confiera la maîtrise d’ouvrage. La Sem regroupe une centaine de communes françaises ;
Irisolaris est une société d’ingénierie spécialisée dans la production d’énergie verte. Un montage financier a été effectué, reposant sur la création d’une société impliquant la ville comme actionnaire et un financement participatif citoyen. En étant acteur de ce projet, la ville pourra suivre de près la réalisation et l’exploitation de la centrale. Elle aura ainsi un droit de contrôle sur la structure.

Prochaines étapes

Le projet de reconversion du parc à charbon de l’ancienne centrale thermique franchira une nouvelle étape avec le dépôt, dans les semaines à venir, du permis de construire d’un parc photovoltaïque. Fin 2018 ou début 2019, le projet sera soumis à enquête publique. La mise en service est prévue pour 2020.

La centrale

La centrale représentera 24 000 m² de panneaux d’une puissance de 5 MW, ce qui représente les besoins en électricité de 2 000 foyers. Les panneaux seront installés au sol avec une hauteur maximale de trois mètres et intégrés au paysage.