Grands projets pour le Bon Sauveur

Grands projets pour le Bon Sauveur

Imprimer Imprimer
Envoyer par mail Mail
RSS RSS
Contraste Contraste
Zoom A+ A A-
Partager
Jeudi 22 février 2018
L'hôpital du Bon Sauveur se donne quatre ans pour mettre en oeuvre son nouveau projet d'établissement qui prévoit d'importants investissements. L'étude de programmation débute cette année.
Voilà quelques années que l'hôpital du Bon sauveur se prépare à franchir une étape importante.
Source : D.R

En 2022, il faudra regarder de l'autre côté du boulevard du Lude pour trouver la nouvelle entrée du Bon Sauveur. Celle-ci sera située dans un nouveau bâtiment qui symbolisera en quelque sorte l'hôpital psychiatrique du XXIe siècle, contrastant avec l'architecture pavillonnaire qui n'est plus adaptée aux nouvelles réalités.

« Il nous faut changer de modèle de psychiatrie », a rappelé Gilbert Hangard, directeur du Bon Sauveur. C'est sur ce constat que l'hôpital a été amené à réfléchir à son nouveau projet d'établissement qui « prévoit des offres de soins nouvelles, des restructurations et des mutualisations. »

Le Bon Sauveur en chiffres
•11 000 patients pris en charge chaque année
•1 260 salariés
•85 lits créés dans le nouveau bâtiment
•176 lits en 2022
•15,6 millions d'euros investis d'ici 2022 par le Bon Sauveur

Ici aussi, il s'agit de repenser le parcours du patient, notamment en favorisant les passerelles entre les hospitalisations et les consultations. Dans son nouveau projet d'établissement, le Bon Sauveur prévoit la construction de ce nouveau vaisseau amiral, qui comprendra un service d'accueil et trois unités, soit un total de 85 lits.

D'ici 2022, l'hôpital passera de 210 lits à 176. « L'objectif est de développer l'hospitalisation de jour ou de courte durée, les équipes mobiles, la télémédecine et les dispositifs ambulatoires », précise Gilbert Hangard.

Les urgences psychiatriques auront d'ici là été transférées dans celles de l'hôpital général. Une équipe du Bon Sauveur y assure déjà des permanences.

En marge de ce chantier d'envergure – dix millions d'euros tout de même -, le Bon Sauveur a prévu de créer une unité de soins intensifs psychiatriques (Usip) à côté de l'Unité pour malades difficiles, située près de la route de Teillet. Cette Usip de quinze lits fera office de « tampon » à la structure attenante, qui affiche complet (40 places).  Coût de l'opération : 3,3 millions d'euros de travaux.

Enfin, dernier projet, la Maison d'accueil spécialisée recevra à partir de 2020 une nouvelle aile de douze lits dédiée aux autistes déficitaires. Tout cela aura donc un coût, nécessaire pour maintenir de bonnes conditions d'accueil. À un moment où les dotations baissent et que l'Agence régionale de santé milite pour un rééquilibrage entre le Tarn nord et le Tarn sud, l'opération reste faisable, mais pas sans faire de nouvelles économies.

À SAVOIR Le laboratoire du sommeil fermera ses portes le 1er juillet pour des raisons financières. Cette activité qui relève davantage du champ de la médecine sera finalement transférée au centre hospitalier de Castres-Mazamet. Quid des surfaces inutilisées dans les anciens bâtiments du Bon Sauveur ? Elles représentent 20 % des 80 000 m2. Une réflexion est en cours avec la mairie pour leur trouver une affectation.

 

Contact

Centre hospitalier spécialisé Pierre Jamet
1, rue Lavazière
81025 Albi
05.63.48.48.48
L'unité pour malades difficiles Louis Crocq
Chemin du Séminaire du Roc
81000 Albi
Tel : 05 63 48 56 00
Fax : 
05 63 76 50 18

Actualités

+
Ce qui compte avant tout est que les patients prennent du plaisir, que la confiance soit établie entre eux et avec moi
Source : D.R
Ce qui compte avant tout est que les patients prennent du plaisir, que la confiance soit établie entre eux et avec moi

A lire aussi