L'implantation des commerces en Centre ville : un sujet de socio pour la Fac

L'implantation des commerces en Centre ville : un sujet de socio pour la Fac

Imprimer Imprimer
Envoyer par mail Mail
RSS RSS
Contraste Contraste
Zoom A+ A A-
Partager
Mardi 13 février 2018 - Actualité archivée le 31 mai 2018
Trois sociologues de l'INU Champollion ont travaillé en 2017 sur le retour des commerces en centre-ville comme stratégie d'aménagement local dans le contexte albigeois.
Le commerce de proximité tourné vers les résidents demeure assez vivace et c'est un équilibre bénéfique pour tous.
Source : D.R

Ygal Fijalkow, Elsa Martin et Cédric Calvignac ont fait le choix de ce sujet dans le cadre d'un travail plus global, et dans la perspective d'estimer l'impact général de la patrimonialisation sur les commerces à un moment où l'on constate que les centres des villes moyennes connaissent une désertification commerciale. Leur travail de recherche s'est basé sur des données de la CCI du Tarn, mais aussi sur des rencontres avec environ deux cents commerçants de la ville. Ils ont fait le choix du temps long en remontant jusqu'en 1966. Ils décrivent l'historique des aménagements effectués dans le centre ancien : piétonnisation des rues, réaménagement des places. Dans les années cinquante, il y a un recul démographique dans le centre ancien de la ville. Cette politique a pour conséquence de freiner les départs du centre-ville et de stabiliser le nombre de commerçants. Entre 1982 et 1990, la population du centre-ville augmente de 33 %. Les aménagements du centre ont continué jusqu'en 2010, année où, Albi est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Les sociologues se sont ensuite interrogés sur l'effet politique ambitieux lié à l'UNESCO qui a permis de créer un centre-ville attractif. Les conclusions qui en ressortent montrent que la patrimonialisation semble participer à la venue de commerces. Ces derniers sont présents, dans le centre ancien bien qu'il y ait une importante mobilité. Il y a un peu de vacance commerciale mais c'est surtout qu'il n'y a pas d'installation pérenne. Toutes les vitrines ne sont pas vides, mais les commerces  viennent puis ferment.

Le centre ancien albigeois a des fonctions plurielles, puisqu'il est habité. Il existe quelques spécialisations commerçantes destinées aux touristes notamment autour de la cathédrale, mais de façon légère, le commerce de proximité tourné vers les résidents demeure assez vivace et c'est un équilibre bénéfique pour tous.

Revitalisation commerciale : Albi déploie un plan d’action volontaire

Dans les centres-villes, l’activité commerciale est aujourd’hui – et de plus en plus - l’élément qui permet de mesurer le dynamisme d’une collectivité et d’un territoire.

Dans ce domaine, la Ville d’Albi a marqué ses intentions à travers  un « Plan commerce » en 50 propositions, ou dans la mise en place du chèquier numérique.