Octobre rose

Octobre rose

Imprimer Imprimer
Envoyer par mail Mail
RSS RSS
Contraste Contraste
Zoom A+ A A-
Partager
Mercredi 03 octobre 2018 - Actualité archivée le 15 October 2018
Les 13 et 14 octobre, les Rendez-vous d'Octobre Rose inviteront les Albigeois à se mobiliser en faveur du dépistage du cancer du sein. Mais où en est-on au juste ? Explications avec le docteur Max Barraud-Krabe, directeur de l'Adeca 81.

Sensibiliser au dépistage est-il encore utile ?


Il est toujours nécessaire de rappeler son importance. Pour marquer les esprits, il faut répéter inlassablement le message. Nous avons souhaité garder comme symbole le parapluie rose qui évoque l'idée de protection. La couleur rose rend l'événement festif et tourné vers l'espoir. Cela dit, nous constatons que malgré les efforts le dépistage ne touche qu'à peine la moitié des femmes dans le Tarn et les chiffres sont même plutôt à la baisse. Certains détracteurs parlent de surdiagnostic, créateur de stress chez les femmes…

Que leur répondez-vous ?


Ce qu'il faut bien intégrer, c'est que plus tôt un cancer est diagnostiqué, plus tôt il est pris en charge et mieux il est traité. Depuis trois ans, dans le Tarn, tous les cancers découverts suite à un dépistage ont été ainsi guérissables. Certes, la médecine a fait des progrès réels en matière de thérapie. Il est plus ciblé et donne de meilleurs résultats. La chimiothérapie n'est par exemple plus systématique. Tout cela ne doit pas pour autant empêcher les femmes de 50 à 74 ans à se faire dépister. Je le répète, mieux vaut traiter tôt. On déplore encore 12 000 décès par cancer du sein en France chaque année. Une femme sur huit a, a eu ou aura un cancer.

Y a-t-il des moyens de prévention ou est-ce vraiment aléatoire ?


Contrairement à certains cancers où son mode de vie intervient beaucoup dans le déclenchement, pour le cancer du sein, c'est plus difficile à définir. Des études ont néanmoins montré qu'une précocité menstruelle, le fait de ne pas avoir eu d'enfants pouvaient être un facteur de risque. Il est évident qu'une bonne alimentation, le fait de ne pas fumer et d'avoir une activité physique sont fortement recommandés. Les personnes pratiquant un sport ont d'ailleurs une espérance de vie meilleure en cas de maladie.

L'opération Octobre rose est-elle d'abord destinée aux femmes ?


Aux femmes bien sûr, mais aussi aux hommes ! Nous avons tous une mère, une fille, une compagne, une amie qui est ou pourrait être concernée. En échangeant sur le sujet, nous sommes tous acteurs du dépistage. En ayant un effet de masse, l'événement peut créer un déclic chez certaines personnes. D'ailleurs, le nombre de dépistages est très important chaque année en octobre. Je rappelle que le dépistage est gratuit et plus ou moins indolore.

Qu'est-il prévu à Albi cette année ?


Tout d'abord, je tiens à signaler que l'opération à Albi a suscité de nombreuses initiatives dans d'autres communes du Tarn. Une vingtaine de communes participe ainsi en octobre à l'opération.

A Albi, le 13 octobre, place du Vigan, nous proposerons un spectacle de danses, une balade culturelle et un flashmob.

Le lendemain, la traditionnelle marche et course à pied Les Elles roses sera organisée à 10h au départ de la place Lapérouse avec plus de 2 000 participants (inscription sur place, 5 euros).

Tous les Albigeois sont conviés à ce grand rassemblement.

 

Adeca 81 sur Facebook. Infos : 05 63 38 61 15 du lundi à vendredi de 8h à 18h non stop.

En collaboration étroite avec la Ligue contre le cancer, l'Association tarnaise de dépistage des cancers (Adeca 81) est une structure publique soutenue par l'Agence régionale de santé et l'Assurance maladie. Celle-ci vise à promouvoir le dépistage des cancers du sein, colorectal et prochainement du col de l'utérus. En 2017, le dépistage du cancer du sein dans le Tarn a permis de détecter 118 cancers du sein et sans doute sauver des vies.