Un chantier d'envergure pour l'hôpital d'Albi

Un chantier d'envergure pour l'hôpital d'Albi

Imprimer Imprimer
Envoyer par mail Mail
RSS RSS
Contraste Contraste
Zoom A+ A A-
Partager
Vendredi 23 février 2018
Le centre hospitalier d’Albi va faire l'objet d'un important programme de modernisation. Un plan directeur immobilier a été établi dans ce sens. Il annonce de grands changements à venir, notamment au niveau des urgences. Explications.
Le service de pneumologie a été réhabilité. Un des premiers à bénéficier de cette opération de modernisation.
Source : D.R

« Il s'agit de repenser l'organisation du parcours des patients, d'améliorer l'offre de soins et de restructurer certains services », a indiqué il y a quelques semaines Serge Foursans, le directeur du centre hospitalier d'Albi lors d'une conférence de presse.

Les objectifs sont clairs et la faisabilité technique et financière est confirmée. Avant d'en arriver là, la réflexion a porté sur les orientations prioritaires de l'hôpital en termes de soins dans un contexte de développement de l'activité.

Trois grands chantiers ont été définis.

  • Le plus attendu sans doute sera la reconstruction- extension des urgences, saturées et incapables d'absorber les flux. À la clef, une surface multipliée par deux et deux ans de travaux. « Les nouvelles urgences seront plus fonctionnelles et mieux adaptées au profil des patients avec un circuit dédié au séjour de courte durée et à celui nécessitant une hospitalisation plus longue ». L’activité d'urgences psychiatriques, assurée au Bon Sauveur, y sera alors transférée.
  • Plus de chambres individuelles. Au programme des prochaines années, la création d’un grand plateau de consultation avec un parcours patient spécifique sera dédiée aux consultations médicales et chirurgicales. Cet espace fera office de guichet unique pour tous les patients. De nouvelles places de parking seront créées pour faciliter l'accessibilité.
  • La restructuration des services d’hospitalisation constitue le troisième axe du plan directeur immobilier. Les activités seront désormais agencées par étage et par pôle d’activités. Ce sera le cas, par exemple, du pôle femme/mère/enfant où les services d'obstétrique, de maternité, de néonatalogie et de pédiatrie seront réunis sur un même plateau. Les conditions d’hébergement des patients seront par ailleurs améliorées avec une augmentation des chambres individuelles, sans diminuer pour autant la capacité de l'hôpital. Les offres en ambulatoire y auront une place plus importante et le service d'hospitalisation à la semaine (du lundi au vendredi) sera davantage développé. La réduction du temps de séjour d'hospitalisation est une réalité y compris au bloc opératoire, où l'unité préopératoire permet déjà, dans certains cas, d'accueillir les patients le matin de leur intervention.

Quatre ans seront nécessaires pour achever cette grande mutation avec un budget de dix-sept millions d'euros dont huit millions pris en charge par l'Agence régionale de santé. La contrainte réside dans le fait que les services poursuivront leur activité durant les travaux. « C'est une véritable opération tiroir qui permettra de transférer des services dans d'autres espaces le temps du chantier », indique le directeur du centre hospitalier.