Un nouvel outil de prévention au service des familles

Un nouvel outil de prévention au service des familles

Imprimer Imprimer
Envoyer par mail Mail
RSS RSS
Contraste Contraste
Zoom A+ A A-
Partager
Lundi 24 septembre 2018
3 questions à Sylvie Bascoul-Vialard, en charge du Conseil pour les droits et devoirs des familles, mis en place par la ville d’Albi en 2017.
Le CDDF permet d’accompagner des familles
Source : D.R

Pourquoi ce dispositif ?

« Le CDDF permet d’accompagner des familles quand le comportement de leur enfant entraîne des troubles à la tranquillité et à la sécurité publique. Ce dispositif est une véritable aide à la parentalité face à certaines incivilités, des infractions aux arrêtés de police du maire, des violences à l’école ou des dégradations légères. Il s’inscrit logiquement dans le cadre du CLSPD et repose sur un partenariat fort avec l’Éducation nationale, le Département, la police nationale et la police municipale. »

À quoi sert ce dispositif ?

« C’est un outil de prévention qui vise à une prise de conscience de la part des familles. Saisir le CDDF nous permet d’agir rapidement pour prévenir des faits de délinquance qui apparaissent de plus en plus tôt. Il ne se substitue pas au travail de la justice ni des forces de l’ordre, mais travaille en complémentarité. Si une mesure est déjà en cours auprès des partenaires, le CDDF n’est d’ailleurs pas sollicité. Nous sommes là avant tout pour aider les familles, échanger avec elles et les accompagner au mieux. Ce CDDF sera convoqué chaque fois que nécessaire ».

Comment se réunit-il ?

« Pour la première fois, en septembre et à la mairie, le CDDF s’est réuni à ma demande et de façon solennelle pour un rappel à l’ordre avec l’accord du procureur de la République. Les membres présents étaient composés de représentants des différents partenaires. Nous avons eu à traiter le cas de six enfants qui avaient commis des dégradations au sein d’une école. Lerappel à l’ordre fait à ces enfants en présence de leur famille leur a fait comprendre qu’à leur âge, ils devaient être sous la surveillance de leurs parents. Nous leur avons rappelé leurs droits et leurs devoirs et avons décidé ensemble d’une mesure de réparation. »

Plus d’infos : coordinatrice du CDDF 05 63 49 11 26

Sylvie Bascoul-Vialard

Sylvie Bascoul-Vialard, par carole germain