L’Albigeoise qui fait parler les murs

Allumer la lumière ou écouter de la musique en caressant un mur, ce n’est pas de la science-fiction. Oublié l’interrupteur, voilà une innovation imaginée et fabriquée à Albi par une jeune start-up créée par Margaux Bardou.
Margau Bardoux
Date

Elle vous raconte Las Vegas avec des étoiles dans les yeux. Pas pour ses célèbres casinos ni ses hôtels aux décors exubérants. Non, Margaux Bardou a passé l’essentiel de son temps au Consumer Electronic Show, le plus grand salon de l’innovation au monde, là où les inventions de demain sont à découvrir comme l’ont été par le passé le lecteur de disque laser, la télé haute définition ou encore l’imprimante 3D. Margaux Bardou et son équipe comptaient bien profiter de cet événement pour démarcher le marché international. Rien que ça. C’est que le produit présenté par la jeune entreprise albigeoise Marianka a de quoi retenir l’attention : des surfaces interactives, sensorielles et lumineuses qui prennent la forme de panneaux de revêtement mural qui captent la présence du corps au toucher. De quoi activer la lumière, une musique et bien d’autres choses…

Signe-t-on ici la fin de l’interrupteur classique ? L’avenir nous le dira. En attendant, cette innovation a déjà séduit plusieurs clients. « Nous avons opté pour une technologie assez simple qui puisse répondre aux besoins et soit commercialisable facilement. En revanche, nous avons misé beaucoup sur le design et l’artisanat d’art. À Las Vegas, nous avons rencontré des partenaires industriels potentiels, notamment des multinationales spécialisées dans les chambres d’hôtels et les spas. »

« Tout cela donne un peu le vertige », reconnaît Margaux Bardou en regardant le chemin déjà parcouru. « Je ne m’attendais pas à cela. » Il faut reconnaître que les choses se sont un peu précipitées ces dernières années pour cette jeune Albigeoise de 25 ans qui fut très tôt attirée par l’art, le design et l’architecture d’intérieur. L’aventure débute réellement en 2015 pendant ses études lors d’un stage dans une association parisienne spécialisée dans les textiles connectés. « Je me suis demandé s’il n’était pas possible de tester le principe sur des surfaces comme des murs et de les faire parler. » Avec son compagnon Benoît, elle transforme leur chambre en laboratoire d’expérimentation. En 2016, de retour à Albi, elle présente son invention lors de la biennale de l’École européenne de l’art et des matières. Repérée par l’École des mines, celle-ci lui propose d’intégrer son incubateur. En 2017, après avoir remporté le concours Albi Up, elle améliore le prototype, crée son entreprise qu’elle baptise Marianka, en reprenant les trois premières lettres de son prénom, les suivantes étant les initiales d’Interactif, Artisanat et Numérique. « Ce prix a contribué à crédibiliser le projet et a marqué une étape décisive pour moi. » Début 2018, les brevets pour le matériau, le process de fabrication et l’application sont déposés.

L’entreprise, qui compte quatre salariés, dispose aujourd’hui d’un bureau à la pépinière Albisia et d’un atelier-show-room situé près de la VOA. Une belle réussite qui n’occulte pas pour autant des débuts difficiles, notamment pour convaincre les banques de la suivre… « J’ai connu des hauts et des bas et des envies de tout abandonner. Émotionnellement, c’était dur. C’est un combat contre soi-même pour ne pas lâcher l’affaire, tenir bon. Heureusement, j’ai été bien entourée et conseillée. Je suis d’ailleurs reconnaissante envers tous ceux qui m’ont soutenue. J’aimerais d’ailleurs à mon tour donner la chance à des étudiants, jeunes designers, de collaborer avec nous sur des projets. »

En 1 clic

Informations.

* 2016 Présentation de son invention à la biennale de l’art et des matières.
*2017 Lauréate du concours Albi Up et création de l’entreprise Marianka
*2018 Show room au salon Equip’Hôtel de Paris
*2019 Présence au Consumer Electronic Show à Las Vegas

À l’automne dernier, Margaux Bardou a présenté son produit au salon Equip’Hôtel en reconstituant une chambre d’hôtel. « Nous avons eu là aussi plusieurs rendez-vous avec des clients intéressés pour équiper leur hôtel ou des lieux atypiques. Cette année, nous avons pour objectif d’installer des chambres interactives dans des hôtels pilotes et aménager un gîte dans le Tarn. » Margaux ne cache pas sa volonté de cibler pour le moment une clientèle plutôt haut de gamme. Des contacts encourageants ont été aussi établis avec un géant de la déco en France. En dehors de l’hôtellerie, d’autres applications sont possibles évidemment. Et d’évoquer, par exemple, le marché des Escape game qui pourraient voir dans cette technologie des idées pour leur parcours… Idem pour les maisons de retraite ou les espaces accueillant des enfants. « Il est essentiel de se renouveler en permanence. Nous souhaitons créer ainsi des collections comme des têtes de lit connectées. » À moyen terme, Margaux voit déjà plus loin. « Je rêve de voyager en Asie et pourquoi pas trouver sur place des ateliers qui pourraient travailler avec nous. » Y a pas que les murs qui seront connectés avec Marianka…
www.marianka.fr