Henri-Pascal de Rochegude

Henri-Pascal de Rochegude

Imprimer Imprimer
Envoyer par mail Mail
RSS RSS
Contraste Contraste
Zoom A+ A A-
Partager
Portrait d’Henri-Pascal de Rochegude
Source : © Escot
Portrait d’Henri-Pascal de Rochegude
Nom: 
de Rochegude
Prénom: 
Henri-Pascal
Date et lieu de naissance: 
18 décembre 1741 à Albi
Date et lieu de décès: 
16 mars 1834 à Albi

Henri-Pascal de Rochegude est un marin, homme politique, homme de lettres et érudit. Il entra à l'Ecole des gardes de la marine en 1758. La Pérouse y était rentré avant lui, deux ans plus tôt. 

Pendant la guerre de l'Indépendance américaine en 1778, il lutta avec la Hollande et l'Espagne contre l'Angleterre et prit part à la bataille d'Ouessant. Il passa plusieurs années dans la mer des Antilles et à Saint-Domingue; mais, en 1787, désabusé et lassé par l'indiscipline qui régnait à cette époque, il se retira avec le grade de capitaine de vaisseau. Il devait être nommé plus tard contre-amiral. 

En face de la Révolution 

Rochegude, déjà rompu aux études philosophiques et sociales, admirateur de Voltaire et de Rousseau, se rallia aux idées nouvelles. Il fit partie des Etats généraux, fut élu maire d'Albi et, par la suite à la Convention et au Conseil des Cinq-Cents. Il ne vota pas la mort du roi, mais sa détention et le bannissement à la paix. 

Rochegude se retira définitivement à Albi en 1799, à l'âge de 58 ans. À partir de ce moment, il se livra exclusivement aux études scientifiques et surtout littéraires. Il étudia spécialement la langue et la littérature du Moyen-Âge, et en particulier les œuvres des troubadours "Le Parnasse occitanien" et "l'Essai d'un glossaire occitanien" sont des monuments d'érudition clairvoyante et raisonnée. 

Il continua jusqu'au dernier jour ses études, mais il consacra pendant les dernières années de sa vie plus de temps à la méditation, à la retraite et à la charité. Il fit de la ville d'Albi son héritière universelle, et mourut en 1834 à l'âge de 93 ans. Il lui légua son hôtel, sa bibliothèque et ses propriétés. Sa collection est maintenant à la médiathèque d’Albi. Il voulut être enterré dans le cimetière de l'hôpital, sous une pierre anonyme. La trace même en est aujourd'hui perdue.