La gastronomie

La gastronomie

Imprimer Imprimer
Envoyer par mail Mail
RSS RSS
Contraste Contraste
Zoom A+ A A-
Partager
Pour beaucoup de français, le Sud-Ouest est synonyme de gastronomie et de cuisine. La cuisine y fait parler d’elle. Et pour cause, elle allie les saveurs du terroir et des savoir-faire ancestraux.
L’échaudé, ou petit Jano, est une pâte bouillie parfumée à l’anis.
Source : F. Guibilato – Ville d’Albi
La gastronomie à Albi

Cassoulet, foie gras, magrets et gésiers de canard, roquefort et rocamadour… La liste est longue ! Les spécialités locales sont en effet nombreuses. Le sud-ouest est une vaste région où le climat et les terres fertiles sont favorables à l’agriculture et à l’élevage.

« French paradox »

Mais la cuisine du sud-ouest est aussi très riche. Pourtant, contrairement à ce que l’on pourrait croire, cuisiner avec de la graisse de canard ou d’oie et boire du vin seraient plutôt bénéfiques pour la santé.
Des études l’ont en effet prouvé, c’est ce que l’on appelle le "French Paradox", le paradoxe français : malgré une importante consommation de graisses et de vin, les habitants du sud-ouest seraient moins sujets aux maladies cardio-vasculaires que les Américains par exemple. Alors, pourquoi s’en priver ? 

La cuisine albigeoise 

Voici quelques spécialités locales à découvrir : 

Le foie gras albigeois est recommandé aux gourmands. 

La tripe à l'Albigeoise est elle à base de safran. Tripes colorées, sapides et onctueuses, relevées de câpres et accompagnées de pommes de terre et d'oignons de Lescure. 

Le radis au foie salé fait de rouelles de radis et de foie de porc que triture dans une poêle une cuisson additionnée d'un filet de vinaigre. Cette acidité relève le goût du foie en opposition avec la neutralité des radis et en fait une entrée originale et de haut goût.

Les respountjous sont ainsi dénommés les sommités de pousses de tamier ou talimier, variété de lierre. Préparés en salade et additionnés d'oeufs durs (qui éliminent l'amertume de la plante), ils font parfois l'objet de préparation plus élaborée. Au printemps uniquement.

Un autre plat typique est le pot au feu à l'albigeoise qui est composé de saucisses et de haricots secs, et qui fait la fierté des plus grands chefs du sud de la France.

Les bougnettes, grosses crépinettes de porc que l'on mange froides ; le melsat sorte de boudin blanc, les pâtés de foie de canard ou d'oie, la daube de boeuf à l'Albigeoise, les confits d'oie, les radis au foie salé, les agneaux des proches causses y apportent l'originalité du gigot au genièvre. 

Albi regorge de condiments divers qui rendent hommage aux personnalités qui font la renommée de la ville, notamment l'ail rose de Lautrec. La subtilité de ce condiment ravirait plus d'un car cet ail en bâton est d´une douceur extrême une fois déposé sur la langue. 

En dessert, les albigeois proposent, habituellement, des navettes, en hommages aux cathares qui ont peuplés la ville auparavant. La navette en forme de quenouille est constituée par un mélange savoureux de beurre, de fruits confits, de sucre, de farine, d'oeufs et d'amandes.

Les gimblettes sont également des desserts typiques qui embaument les plus grandes pâtisseries albigeoises par leurs arômes parfumés au citron râpé et à l'eau de fleur d'oranger.

La croustade à l'Albigeoise est une tarte feuilletée recouverte de pommes ou de poires, de pruneaux ou même de raisins secs. L'Échaudé, ou petit Jano est une pâte boullie parfumée à l'anis. 

À Albi, la cuisine, comme les produits locaux, sont uniques. Dans les marchés de la ville, les volailles et les produits du terroir sont d´une fraîcheur exemplaire. Le samedi, la place Saint-Julien ainsi que les rues Saint-Julien, des Foissants et Emile Grand s´ouvrent au grand public pour proposer des produits typiques d´Albi, allant des produits bio aux créations des artisans locaux.