La ville de Lijiang

La ville de Lijiang

Imprimer Imprimer
Envoyer par mail Mail
RSS RSS
Contraste Contraste
Zoom A+ A A-
Partager
Lijiang est une ville de la province du Yunnan, en Chine. C'est une ville-préfecture dont la juridiction est peuplée majoritairement par la minorité Naxi.
Lijiang est la seule ville au monde qui compte 3 biens inscrits au Patrimoine mondial.
Source : (c) Chensiyuan
La ville de Lijiang

Le comté de Lijiang se situe dans le nord-ouest du Yunnan, au sud-est du plateau Tibétain.

Il comprend 4 cantons:

  • Lijiang,
  • Yongsheng,
  • Huaping
  • Ninglang. 

Le climat de Lijiang est d'une agréable douceur, le printemps dure 241 jours et les étés sont doux. 

Au recensement de l'an 2000, la juridiction de Lijiang comptait 1 126 646 habitants, pour une densité de 53,1 hab/km².

Située à 603 km de Kunming et à 280 km de la gare férroviaire de Jing Jiang (sur la ligne Kunming-Chengdu), la ville de Lijiang a également inauguré un aéroport en 1994. 

La région de Lijiang offre des paysages à couper le souffle :

  • La Montagne du Dragon de Jade (Yulong Xueshan) et son glacier maritime, le seul de ce genre dans la partie sud de l'hémisphère nord,
  • les Gorges du Saut du Tigre (Hutiaoxia),
  • le lac Lugu, berceau de la société matriarcale des Mosuo
  • la vieille ville de Lijiang -Dayan-, surnommée "la Venise de l'Orient" par les touristes étrangers...
Située dans la province du Yunnan, à plus de 2 500 mètres d'altitude, la ville de Lijiang offre de nombreux paysages naturels exceptionnels.

La beauté de ces paysages et les trésors culturels que sont la culture Dongba, la musique classique Naxi, les peintures murales de Baisha et les coutumes uniques des Mosuo, ont attiré des voyageurs du monde entier et en ont fait une destination favorite du tourisme en Chine. 

Le développement du tourisme, en particulier pour les Chinois eux-mêmes, est en train de modifier en profondeur cette ville située dans une des régions les plus pauvres de Chine.

Une ville nouvelle s'est développée en marge de la vieille ville, cette dernière se muant progressivement en marché touristique où l'on peut trouver en quantité vêtements Naxi, viande de yak séchée, accessoires en cuir, remèdes composés à partir de plantes (spiruline)... 

3 biens inscrits

Lijiang est la seule ville au monde qui compte trois biens inscrits au patrimoine mondial :

  • La vieille ville de Lijiang a été inscrite en 1997 sur la liste du patrimoine mondial en tant que « ville ancienne exceptionnelle sise dans un paysage spectaculaire » ;  
  • Les aires protégées des trois fleuves parallèles au Yunnan ont été inscrites en 2003 sur la liste du patrimoine mondial comme bien naturel ; 
  • Dans la même année, les manuscrits anciens de la littérature Dongba des Naxi ont été recommandés à l'inscription au Registre Mémoire du monde. 

La vieille ville de Lijiang

/////

La vieille ville de Lijiang, harmonieusement adaptée à la topographie irrégulière de ce site commercial et stratégique clé, a conservé un paysage urbain historique de grande qualité et éminemment authentique.

Son architecture est remarquable par l'association d'éléments de plusieurs cultures réunies durant de nombreux siècles.

Lijiang possède également un système d'alimentation en eau extrêmement complexe et ingénieux qui fonctionne toujours efficacement.

/////

Les trois fleuves parallèles au Yunnan

/////

Composé de huit groupes d’aires protégées contenues dans le Parc national des trois fleuves parallèles, dans le nord ouest montagneux de la province du Yunnan, ce site de 1,7 million d’hectares comprend des secteurs du cours supérieur de trois des grands fleuves d’Asie :

  • le Yangtze,
  • le Mékong
  • le Salouen. 

Ces fleuves coulent pratiquement en parallèle, du nord vers le sud, à travers des gorges vertigineuses qui peuvent atteindre 3 000 mètres de profondeur et sont bordés de hauts sommets dont les pics glacés dépassent 6 000 mètres.

Cette région tempérée est la plus riche du monde en diversité biologique. Elle est également un épicentre de la biodiversité en Chine.

/////

la littérature Dongba des Naxi

/////

Le peuple Naxi est issu de l’ancienne tribu Qiang, qui habitait au nord-ouest de la Chine les vallées du Fleuve jaune et du Huangshui.

À l’issue d’une migration nomade constante, les premiers Naxi se sont finalement installés dans les régions orientales et occidentales situées en amont du fleuve Jinsha. 

Aujourd’hui, environ 300 000 Naxi vivent à la jonction des provinces de Yunnan et de Sichuan et de la région autonome du Tibet.

Malgré des conditions environnementales très difficiles et l’absence de ressources matérielles, les Naxi ont cependant réussi à créer une culture ethnique à part entière et unique. 

Comme cette culture se fondait sur la religion et que ses prêtres étaient appelés “ Dongba ”, cette ancienne culture prit le nom de “ culture Dongba ” et sa religion celui de “ religion Dongba ”.

Ainsi, l’ensemble des pictogrammes, des inscriptions, des danses rituelles, des oeuvres d’art et des outils liés à cette culture sont qualifiés de “ Dongba ”. 

Ce qui ne cesse de surprendre beaucoup de personnes et ce qui nous conduit à considérer cette culture comme remarquable, c’est que les ancêtres des Naxi avaient pu créer un système d’écriture de plus de deux mille caractères, en utilisant des pictogrammes spéciaux pour exprimer leurs coutumes et transcrire leurs écrits.

Sous la pression d’autres cultures, la culture Dongba tend à se disperser et à disparaître lentement. 

Il ne reste plus que quelques maîtres capables de lire les écrits de cette culture.

À l’exception de ce qui est déjà réuni et conservé, la littérature Dongba est donc sur le point de s’éteindre. De plus, comme elle a été composée sur du papier fabriqué à la main et qu’elle a été reliée à la main, cette littérature ne saurait résister au vieillissement naturel et aux manipulations incessantes.

/////

Lijiang dans l’histoire

/////

Lijiang est une ville antique tout à fait exceptionnelle, située au coeur d'un paysage magnifique formant une harmonieuse synthèse entre différentes traditions culturelles, qui est à l'origine d'un paysage urbain extraordinaire.

La région de Lijiang a été continuellement occupée par l'homme depuis le paléolithique.

Au cours de la période des «Royaumes combattants» (475-331 avant J.-C.), elle est placée sous la juridiction de la région de Shu, dans l'Etat de Qin. 

Sous le règne des dynasties des Han occidentaux et orientaux, le statut de comté de Suijiu lui est attribué. Au XIIIe siècle après J.-C., au cours de la dernière dynastie des Song du Sud, les ancêtres de la famille gouvernante Mu déplacent leur centre principal de Baisha, au pied des montagnes de Shizi, vers une nouvelle cité connue sous le nom de Dayechang (ultérieurement Dayan) où ils vont commencer à bâtir des maisons, avec un rempart et un fossé entourant la ville. 

Dans les années 1250, après la soumission d'Azong Aliang à l'autorité de l'empereur Yuan Hubilie, Dayechang devient centre administratif.

La préfecture de Lijiang Junmin est mise en place lorsque la région passe sous contrôle Ming, en 1382 ; on accorde au préfet de l'époque, Ajia Ade, le nom honorifique de "Mu" et on le fait préfet héréditaire, titre confirmé en 1660 par les souverains de la dynastie des Qing. 

Tout au long de cette période, les préfets Mu successifs seront à l'origine de l'agrandissement et de l'embellissement de leur centre.

En 1723, la cour impériale modifie sa politique et le préfet natif des lieux est remplacé par un délégué impérial. 

Le premier préfet non originaire de la région, Yang Bi, arrivera l'année suivante et commencera à construire des bureaux préfectoraux, des casernes et des infrastructures éducatives au pied du Mont Jinhong. 

En 1770, le comté de Lijiang est créé au sein de la préfecture de Lijiang Junmin et survivra à l'abolition de la préfecture par la République, en 1912.

Depuis, Lijiang n'a jamais cessé d'être un centre administratif, aujourd'hui pour le comté autonome de Lijiang Naxi.

La région est exposée aux tremblements de terre et la ville en souffrira à plusieurs reprises (1481, 1515, 1624, 1751, 1895, 1933, 1951, 1961, 1977 et plus récemment le 3 février 1996).

Les biens et les hommes ont été tragiquement mis à mal, particulièrement lors de la secousse de 1951.

/////