JF Galaup de Lapérouse

JF Galaup de Lapérouse

Imprimer Imprimer
Envoyer par mail Mail
RSS RSS
Contraste Contraste
Zoom A+ A A-
Partager
Portrait de Jean-François Galaup de Lapérouse.
Source : © Thomas Woolnoth
Portrait de Jean-François Galaup de Lapérouse.
Nom: 
de Galaup, Comte de Lapérouse
Prénom: 
Jean-François
Date et lieu de naissance: 
23 août 1741 au château du Gô, près d’Albi
Date et lieu de décès: 
vers 1788 à Vanikoro

Encouragé par l'un de ses parents, le marquis Clément de la Jonquière, il trouve définitivement sa vocation à l'âge de 15 ans en devenant Garde de la Marine à Brest. Commence alors l'extraordinaire aventure de cet Albigeois qui pendant sa scolarité à Brest, se voit engagé dès l'âge de 17 ans dans des conflits maritimes avec l'Angleterre sur les côtes Nord Est de l'Amérique, notamment à Terre-Neuve et sur le Saint Laurent, ainsi qu'aux Antilles. 

À 18 ans, il est blessé et fait prisonnier pendant la bataille des Cardinaux, près de Quiberon, entre le Marèchal de Conflans et l'Amiral Hawke. Après d'autres activités sur les côtes françaises, il effectue un séjour de 5 ans à l'ile Maurice (Ile de France) comprenant des missions dans les îles voisines. Il est chargé de deux voyages aux Indes comme commandant de la "Seine". Il y rencontre aussi sa future femme : Eléonore Broudou. 

Rentré en France en 1777, Il est nommé Lieutenant de Vaisseau et obtient la Croix de Saint Louis pour avoir sauvé Mahe des assaillants indiens. Puis il participe à nouveau à la confrontation avec les anglais à l'occasion de l'émancipation des colonies anglaises d'Amérique dans des combats depuis les Antilles jusqu'au Labrador (expédition de la Baie d'Hudson, où il démontre sa valeur maritime et militaire, mais aussi son respect de l'ennemi).

Nommé Capitaine de Vaisseau à 39 ans pendant cette guerre pour sa brillante conduite, il épouse Eléonore Broudou en 1783 malgré les objections paternelles, et l'installe à Albi dans une maison achetée rue de l'Ecole Mage. Aprés la paix de Versailles il est choisi par le Ministre de la Marine de Castries et par Louis XVI pour diriger une expédition autour du monde visant à compléter les découvertes du capitaine Cook. Nommé capitaine de vaisseau, il reçoit ainsi le commandement de cette expédition scientifique et quitte Brest en août 1785 avec deux frégates, La Boussole et l’Astrolabe. 

Le roi Louis XVI, avant de monter sur l’échafaud se serait inquiété du sort du celèbre navigateur albigeois par ses mots « A-t-on des nouvelles de Monsieur de Lapérouse ? »

Exploration planétaire

Les objectifs étaient nombreux : géographiques, scientifiques, éthnologiques, économiques (prospection des possibilités de chasse à la baleine ou de collecte de fourrures), mais aussi politiques avec l'établissement éventuel de bases françaises ou de coopération coloniale avec les alliés espagnols (Philippines).

C'est en somme un programme d'exploration planétaire dans le Pacifique Nord et Sud, y compris les côtes d'Extrême Orient et de l'Australie qui lui fut proposé. Les résultats de l'expédition furent transmis par courrier dans les ports d'escales ayant des liaisons avec les pays européens.

Barthélémy De Lesseps, oncle du constructeur du Canal de Suez, interprète de russe débarquant à Pétropavlosk au Kamchatka, quitte l'expédition et traverse toute la Sibérie pour ramener par voie de terre les études et dessins déjà réalisés. Ses dernières nouvelles de l'expédition Lapérouse furent confiées aux anglais à Botany Bay, actuelle Sydney (Australie) au début de 1788. 

Il est prouvé aujourd'hui que Lapérouse fut l'un des découvreurs de la côte occidentale de Nouvelle Calédonie, avant de voguer vers son tragique destin à Vanikoro (Iles Salomon).

Médias

+

Podcasts

JF Galaup de Lapérouse - Les interventions navales françaises


Podcasts

JF Galaup de Lapérouse - L’Hermione

A lire aussi