Le quartier Breuil - Mazicou - Les Fontanelles

Le quartier Breuil - Mazicou - Les Fontanelles

Imprimer Imprimer
Envoyer par mail Mail
RSS RSS
Contraste Contraste
Zoom A+ A A-
Partager
Le quartier du Breuil-Mazicou est délimité par la commune de Cagnac-les mines au nord, la commune de Castelnau de Lévis à l'est et la commune de Lescure d'Albigeois à l'ouest. Les avenues Albert Thomas et Dembourg marquent la limite sud du quartier. Ce quartier appartient à la seconde couronne d’extension de la ville d’Albi.
Le quartier du Breuil – Mazicou - Les Fontanelles vu du ciel avec Atlantis à gauche et, en haut à droite, l’ancienne centrale E.D.F. détruite fin 2012.
Source : F.Guibilato – Ville d’Albi
Le quartier Breuil - Mazicou

Jusqu’au XVIIe siècle, le quartier du Breuil - Mazicou - Les Fontanelles est une zone rurale située sur la rive droite du Tarn.

À partir du XIXe siècle, Albi s'étire vers le nord. Deux grandes percées voient le jour : le boulevard de Strasbourg (1860-1862) et l’avenue Dembourg qui relie le nouveau boulevard à l’ancienne route de Cordes.

Dans le prolongement des lices, le Pont Neuf (pont du 22 août 1944) construit en 1867, favorise l'extension de la ville vers le nord.

Les premières constructions apparaissent et se concentrent dans le triangle délimité par les actuelles avenues Albert Thomas et Dembourg.

De 1890 à 1900, deux grandes indutries s'installent sur ce secteur. Liées à l'exploitation du charbon, elles marqueront l'histoire d'Albi et forgeront l'identité du quartier. La société des Mines d’Albi (S.M.A.), qui fore les puits de charbon à Cagnac les Mines, installe ses ateliers à l’emplacement de l’actuelle centrale Pélissier. La verrerie ouvrière qui alimente ses fours en charbon (V.O), se construit en bordure de l'actuelle Avenue Dembourg. L’usine est créée par les verriers grévistes de Carmaux, soutenus par Jean Jaurès.

L’arrivée du chemin de fer est un évènement considérable sur le plan économique : la compagnie du marquis de Soulages fait ainsi transiter le charbon des mines de Carmaux à Albi, où il est ensuite chargé sur le Tarn.

L’implantation successive d’industries engendre l'urbanisation rapide de ce secteur.

Au XXe siècle ce quartier connaît des mutations importantes.

La crise économique se fait sentir en 1931 et se manifeste par la chute de la production de charbon.

En 1959, la mine ferme ses installations de Pélissier.

Dix ans plus tard, avec le soutien de Georges Pompidou alors premier ministre, une centrale thermique s'installe à l’emplacement des anciens bâtiments. Elle cesse ses activités en mars 2006. En 1975, la V.O. déménage pour le site actuel sur la zone industrielle d’Albi-Saint-Juéry.

De 1890 à 1900, deux grandes indutries s'installent sur ce secteur. Liées à l'exploitation du charbon, elles marqueront l'histoire d'Albi et forgeront l'identité du quartier. 

Ces dernières années, des actions de renouvellement urbain et de développement des quartiers nord de la ville ont été engagées.

Trois actions majeures ont insufflé une dynamique urbaine qui se poursuit encore aujourd’hui :

  1. l’implantation du centre nautique Atlantis en 2000 ;
  2. la création de nouvelles infrastructures routières ;
  3. le programme d’aménagement d’ensemble (P.A.E.) des Fontanelles entre la route de Cordes et le complexe nautique d’Atlantis.

Le patrimoine du quartier

/////

  • L'église Notre Dame de la Drêche (1861) : L’église, classée monument historique, est implantée à l'intersection des communes de Cagnac, Lescure et Albi. C’est un lieu de pèlerinage et de culte très fréquenté, c'est également un site touristique (environ 20 000 visiteurs par an). L’église a été construite sur le modèle de la cathédrale d’Albi, l’intérieur comprend une coupole octogonale et sept chapelles rayonnantes. Tous les murs sont couverts de peintures (1861-1891).
  • Chemin de procession de la Drêche (portion du chemin de Canteperlic) : Ancien chemin de procession menant à l’église de la Drèche. Chemin jalonné d’une croix et d’un oratoire en brique daté de 1656 renfermant une Vierge.
  • L'église Notre Dame du Breuil (1959) : Inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis juillet 2005. Cet édifice remarquable est très représentatif des constructions modernes de la fin des années cinquante, il est sans équivalent dans la région. Architectes : Sacquin et Mas. 
  • Sculpture en verre, rond-point de la verrerie (1993) : Cette oeuvre a été réalisée afin de commémorer l'histoire du site liée à la verrerie. Architecte : Jean-Pierre Giroux

Trois édifices d’architecture contemporaine ont été réalisés sur le secteur :

  • Le collège Jean Jaurès (1993-1995) : Edifié à l’emplacement de l’ancienne verrerie ouvrière. Le nom donné au collège est symbolique, il évoque l’histoire de la verrerie. Architectes : André Théron, Georges-Henry Ser (agence Epure), Jean Cluzet et Max Faramond.
  • Le centre nautique Atlantis (1999). Architecte mandataire : Jean-Pierre Chasse (cabinet JAPAC, Mont Saint Aignan).
  • Les archives départementales (2005) : Le bâtiment a été installé sur l’emplacement de l’ancienne verrerie. Architecte mandataire : Christian Guilhem (SCP Guihem, Albi).

/////

Contact

Daniel Gaudefroy
Élu du quartier
Le Breuil - Mazicou - Les Fontanelles
Tel : 05 63 49 14 81

Permanence de votre élu :

1er mardi du mois de 17h30 à 19h

Maison de quartier

191, avenue de Pélissier

Service Vie des quartiers
16, rue de l’hôtel de ville
81000 Albi
Tel : 05 63 49 11 24
Tel : 05 63 49 12 81