Le quartier Veyrières – Rayssac - Ranteil

Le quartier Veyrières – Rayssac - Ranteil

Imprimer Imprimer
Envoyer par mail Mail
RSS RSS
Contraste Contraste
Zoom A+ A A-
Partager
Le quartier de Veyrières - Rayssac – Ranteil à Albi est délimité par les communes de Puygouzon et Saliès au sud, le ruisseau du Séoux et la route de Graulhet (rd 84) à l’ouest, les avenues François Verdier et Maréchal Foch au nord et enfin l’avenue Gambetta et le chemin de Mézard à l’est.
Le quartier de Veyrières – Rayssac – Ranteil vu du ciel.
Source : F.Guibilato – Ville d’Albi
Le quartier Veyrières – Rayssac - Ranteil

L’actuel quartier Veyrières-Rayssac-Ranteil correspond à une ancienne zone rurale, située en périphérie du centre historique.

En 1809, seules 7 parcelles bâties figurent sur le cadastre napoléonien.

La construction des casernes Lapérouse du 15ème d’infanterie en 1880 (actuel Institut National Universitaire Champollion) est à l’origine de l’organisation urbaine de ce secteur.

Son implantation témoigne de la volonté d’intégrer la caserne dans le bâti urbain à proximité de la gare et d’en faire un élément d’orientation pour l’extension de la ville. Dès lors, l’habitat commence à s’organiser. Déjà en 1886, six maisons sont implantées le long de l’axe Charcot.

Dans les années 50-60, la campagne et les fermes de Rayssac et Veyrières, caractéristiques du paysage, laissent place aux constructions qui s’organisent en premier lieu à l’est de la voie ferrée.

À partir des années 1960 se développent dans ces deux quartiers des lotissements de maisons particulières, puis des logements sociaux avec la construction à Veyrières d’une grande tour de 12 étages.

La construction des casernes Lapérouse du 15ème d’infanterie, en 1880, est à l’origine de l’organisation urbaine de ce secteur.

Le quartier de Ranteil est quant à lui resté marqué par l’activité industrielle de la chaux ; dès 1880, un comptoir commun de vente, la Société des chaux d’Albi, groupait plusieurs producteurs sur la zone de Ranteil-Lavazière.

Avec l’essor économique des années vingt, les usines de chaux et de ciment de Ranteil connaissent un réel développement qui s’accompagne alors de la construction d’une cité ouvrière le long de la route de Castres.

À partir des années 1980, la rocade qui contourne la ville par le sud et l’est provoque une rupture et isole Ranteil des quartiers de Veyrières et Rayssac.

Le patrimoine du quartier 

/////

On dénombre sur ce quartier quelques éléments patrimoniaux remarquables :

  • L’église Saint-Jean de Rayssac (1967-1971) inscrite en 2005 à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Les architectes sont albigeois : Henri Avizou et Philippe Dubois. Le style d’architecture est influencé par Le Corbusier, présence des premiers vitraux en altuglas de France, oeuvre d’Albert Ayme, grand théoricien de l’art abstrait.
  • L’église de Veyrières est quant-à-elle caractéristique des années 1960.
  • La fontaine en brique de Veyrières (antérieure à 1863) était autrefois agrémentée d’un lavoir et d’un abreuvoir.
  • La zone archéologique de la butte de Ranteil est un site présumé d’une nécropole à incinération attribuable à la transition bronze final/ 1er âge du fer. D’anciennes fermes en bordure de rocade (XIXème siècle et siècles précédents) témoignent des restes de l’activité agricole prépondérante à l’époque de la construction de la caserne.

Des maisons en briques type toulousaines (XIXème Xxème siècle) reprennent le modèle de fermes anciennes, elles sont placées en retrait de la rue entre jardinet et jardin.

Il est important de noter la présence également de deux maisons des années 1930, au carrefour des rues Franchet d’Esperey / Maréchal Juin/ Frédéric Mistral, qui gardent des traces d’impact de balles de la fusillade du 18 août 1944.

Des styles d’habitats privés très différents coexistent à Veyrières-Rayssac-Ranteil, alors qu’il n’y a parfois qu’une trentaine d’années d’écart entre certaines maisons voisines.

Ce changement radical de style caractérise le secteur et témoigne d’un véritable boom architectural.

L’alignement de maisons ouvrières mitoyennes le long de la route de Castres est contemporain des cités ouvrières du Breuil et de la Viscose.

 

Contact

Bruno Lailheugue
Élu du quartier
Veyrières - Rayssac - Ranteil
Tel : 05 63 49 14 81

Les permanences de votre élu : 

2e mercredi du mois au Centre Adèle de 11h à 12h

4e samedi du mois, maison de quartier de Rayssac de 14h à 15h