Les parcs et jardins d’Albi

Les parcs et jardins d’Albi

Imprimer Imprimer
Envoyer par mail Mail
RSS RSS
Contraste Contraste
Zoom A+ A A-
Partager
Ronds points, aménagements de voiries, massifs, jardins de quartier ou historique se déclinent à Albi par couleurs et par plantes. Des jardins d’eau aux jardins secs, tous ces îlots de verdure urbains ont une âme et nous racontent une histoire.
Le Jardin National s’organise autour de promenades de pierres calda blanches et d’un bassin écusson circulaire agrémenté d’une statue de Joseph Rivière, La Baigneuse.
Source : F.Guibilato – Ville d’Albi
Les parcs et jardins d’Albi

La ville d’Albi déploie sa politique d'aménagements à travers la requalification des espaces publics en intégrant systématiquement les questions de circulation, de stationnement, de déplacement doux et d'aspect paysager. Cette réflexion permet d’offrir des cadres agréables et attractifs aux albigeois. 

Une dizaine de jardins et de parcs ainsi qu’une vingtaine de ronds points participent ainsi pleinement à l'architecture urbaine en structurant à la fois le regard et l'usage. Au-delà de la dimension esthétique et patrimoniale, ces respirations contribuent à la réduction de la pollution, à la création de lien social et au maintien de la biodiversité. 

Le jardin national

Situé en centre-ville, avec son square clos et ses massifs aux formes épurées, alliance entre passé et modernité, le Jardin National s’organise autour de promenades de pierres calda blanches et d'un bassin écusson circulaire agrémenté d'une statue de Joseph Rivière, « La baigneuse ».

Le kiosque à musique continue d’y tenir une place privilégiée tandis que la nouvelle fontaine apporte de la fraîcheur aux promeneurs. 

La place du Vigan

Conçue dans un décor végétal renouvelé au rythme des saisons, la place du Vigan, véritable agora albigeoise, est agrémentée de bacs de buis ou d'orangers.

Elle combine l'eau et la pierre dans une approche architecturale contemporaine. Chaque été, les kakémonos illustrent un thème différent au travers de créations photographiques ou graphiques. 

Le cloître Saint-Salvi

Fleurissement de printemps au cloître Saint-Salvi

Fleurissement de printemps au cloître Saint-Salvi, par guibilato

Chaque année, le service des parcs, jardins et espaces naturels propose un fleurissement en cohérence avec le patrimoine, son histoire et la thématique de fleurissement.

C’est ainsi qu’au cloître Saint-Salvi, cette année, le jardin se conjugue avec le 30e anniversaire de jumelage avec la ville de Gérone. Il se compose de fleurs, légumes, plantes aromatiques ou médicinales que l'on rencontre en Catalogne.

Ces plantes sont accompagnées de rosiers anciens grimpants et arbustifs et de plantes vivaces. Afin de guider le promeneur à la découverte des senteurs, couleurs et textures, chaque plante bénéficie d’une signalétique. 

Parcs Castelnau et de la Renaudié

Parc de la Renaudié

Parc de la Renaudié, par guibilato

Initialement privé, ces espaces aménagés en véritable lieu de détente ont été rendu aux Albigeois après réhabilitation.

Le parc de la Renaudié, d'une superficie de 3 hectares, a été aménagé en 2006 au coeur d'un quartier résidentiel, intégrant une aire de jeux. Sa conception a été réalisée par l'architecte-paysagiste albigeois Christophe Maisonneuve. 

Leur aménagement confère une unité et une sensation de bien-être aux promeneurs.

Jardin de Merville

Le jardin de Merville

Le jardin de Merville, par guibilato

Le vallon de Merville, situé aux abords de la médiathèque où coulait autrefois paisiblement le ruisseau de Merville, était depuis des décennies une jungle inaccessible.

Revalorisé en un parc paysager aux ambiances de jardin contemporain en 2002 par l'architecte-paysagiste albigeois Christophe Maisonneuve, le jardin de Merville a été récompensé en 2012 dans la catégorie « Collectivités parc ou jardin urbain » lors des Victoires du paysage. 

On retrouve des éléments de jardin régulier à la française, des traces de jardin à l’Anglaise (tapis de verdure, espaces gazonnés…) et une note japonisante dans le choix de certaines espèces végétales telles que les bambous.

La palette végétale est essentiellement composée de plantes à feuilles telles que les acanthes, les hostas, les arums et les bambous.

Ce jardin contemporain aux ambiances rafraîchissantes et aux tracés élégants a bénéficié de techniques innovantes, avec notamment des murs de soutènement de type gabion et de l’osier tressé pour retenir les terres.

Square Van Gogh

Ce petit square de 140 m2, situé chemin du Gô, est un véritable jardin de quartier. Le travail de conception a été réalisé sur les courbes et l’harmonie, avec pour objectif premier l’évasion et le repos du promeneur : haies libres en arrière plan, explosion de couleurs au printemps, haies taillées et graminées le long du trottoir pour garder une dimension structurante.

Les végétaux favorisent la présence des oiseaux et participent à l’harmonie du site. Une aire de jeux sécurisée est implantée au cœur de cet espace préservé.

Le rond-point du Verbial

Située à l'entrée de la ville d'Albi depuis la rocade, le rond-point du Verbial a été aménagé en avril 2013 avec vingt bouleaux et des plantes vivaces. La thématique couleur est traitée dans les tonalités pourpre et blanche.

Des éléments minéraux tels que les gabions viennent structurer cet espace qui, par la couleur claire de l’écorce des arbres choisis parvient à capter la lumière en début et fin de journée.

Giratoire de Caussels

Rond point du Caussels

Rond point du Caussels, par guibilato

Également situé en entrée de ville depuis la route de Millau, c'est dans le cadre du projet d’aménagement, en avril 2014, du giratoire de Caussels que de nombreuses plantes vivaces et arbres ont été choisies avec, comme fil conducteur, les couleurs violette, bleu, jaune et orange.

(…) Au-delà de la dimension esthétique et patrimoniale, ces respirations contribuent à la réduction de la pollution, à la création de lien social et au maintien de la biodiversité. 

Le rond-point de l’école des Mines

Peu de gens savent que le Marranel était, il y a fort longtemps, une zone semi-marécageuse. Le lieu d’implantation de ce rond-point a donc fortement déterminé le choix des végétaux.

La prédominance d’arbres et arbustes hydrophiles n’est pas innocente, elle constitue un clin d’œil au passé.

L’objectif de cet aménagement est de symboliser les milieux humides par la création « d’un jardin de Saules » : six variétés de saules, de couleurs et tailles différentes ont donc été sélectionnées pour leur taille, leur forme, la couleur des feuilles, des chatons ou encore de l’écorce.

Créé en 2005, ce jardin a fait l'objet d'une rénovation en 2015 permettant ainsi de valoriser le patrimoine arboré.

Le rond-point Saint-Amarand 

L’entrée du Faubourg du Vigan, du centre ville élargi, est marquée par le Jardin de Topiaires* créé en 2006. Cet espace vert urbain très structuré par des végétaux persistants est l’occasion de mettre en valeur une plante emblématique de la ville d’Albi : le buis.

Le maître mot est donc « persistant ». Ce giratoire s’inscrit lui-même dans un écrin de verdure circulaire aussi composé d’une plantation arborée de Magnolia grandiflora, plantés en binômes et mis en lumière le soir.

Cette composition met en scène des végétaux taillés, véritable florilège de formes architecturées pour lesquelles les jardiniers sont formés. 

Le rond-point de la rachoune

Il s’agit du premier espace vert conçu et réalisé en régie, en 2005, sur le principe des jardins secs avec une palette végétale particulièrement adaptée aux contraintes climatologiques de la ville : été très sec et chaud, sol calcaire et sec. Rénové en 2015, des plantes vivaces sont venues compléter les plantations existantes.

Le rond-point de la Rachoune est la porte symbolique d’accès à la ville d’Albi par le sud. L'espace situé à la sortie de la rocade a également fait l'objet de plantations (rosiers, plantes vivaces et couvre-sols) en 2011.

Les caracteristiques sont les suivantes : pas de gazon à tondre, des besoins en eau réduits, une diminution des opérations de désherbage. D'une manière générale, il s’agit de réaliser des aménagements respectueux de l’environnement et répondant aux exigences d'esthétiques.

Jardin sec à Rayssac

Jardin sec de Rayssac

Jardin sec de Rayssac, par guibilato

Dans le cadre des aménagements de proximité, rue Sacha Guitry, la ville d’Albi a donné une nouvelle fonctionnalité, en novembre 2013, à une placette en stabilisé par la plantation d’un second jardin sec. Celui-ci participe à l’amélioration de la qualité de vie du quartier, et ceci sans aucune utilisation d’herbicides.

Le service des parcs, jardins et espaces naturels a sélectionné une gamme de plantes adaptées aux conditions de sols difficiles et capables d’offrir une floraison et des fragrances échelonnées tout au long de l’année. À noter la présence d’un autre jardin sec dans le quartier du Breuil : le jardin des Bouvreuils.

La place de Verdun

Ce massif de 80m² est dessiné sous forme de plates bandes de 1 mètre de large sur l’ensemble du carrefour. Cette technique présente plusieurs avantages :

  • les interventions de plantation et de désherbage peuvent s’effectuer sans aller au cœur du massif, quelques soient les conditions climatiques.
  • l'agencement des perspectives, comme au Bondidou ou place Stalingrad, permet une lecture florale plus dense bien que le nombre de plantes soit moindre, permettant ainsi de privilégier la qualité à la quantité. 

Le bassin de rétention du Marranel

Bassin du Marranel

Bassin du Marranel, par guibilato

Situé dans le quartier du même nom où l'urbanisation se développe, le bassin de rétention a été créé en 2009 sur une surface de 2,5 hectares.

Outre sa fonction de collecte des eaux pluviales du bassin versant, des plantations arbustives et arborées ont été réalisées, par anticipation, constituant ainsi les qualités futures d'un parc urbain de quartier. 

La plaine de jeux et de loisirs de la Guitardié 

Plaine de la Guitardié

Plaine de la Guitardié, par guibilato

Située sur les quartiers Ouest de la ville, la plaine de jeux et de loisirs de la Guitardié a été aménagée à partir de 2010.

Un boisement, sur une zone de 8 hectares avec des allées enherbées, a été constitué avec plus de 2 000 arbres et arbustes - chênes, frênes, érables, meurisiers, pins, ormes, cornouillers, noisetiers, nefliers, nerpruns...

Conçu par l'architecte-paysagiste Maxime Thomas, cet espace constitura d'ici une trentaine d'année le futur parc urbain du quartier Ouest de la ville.

*Une topiaire désigne un arbre ou un arbuste taillé en forme géométrique, animale voir même humaine. Le mot topiaire (nom féminin ou adjectif) vient du latin topiarus qui désignait un jardinier chargé tout aussi bien de la création ou de l’entretien d’un jardin en Grèce ou à Rome. Un symbole fort de l’art des jardins classiques, caractérisé par l’emploi des buis taillés, des perspectives et du gravier.